Dark Web, Dean Koontz

   

 

 

Quatrième de couverture :

Tels sont les derniers mots d’un homme que la vie semblait avoir comblé… mais qui y a mis fin. Brutalement. Jane Hawk, inspectrice du FBI, refuse de croire que son mari se soit donné la mort. Pour elle, il y a une autre raison. Sa conviction en sort renforcée lorsqu’elle apprend qu’une vague inexpliquée de suicides frappe le pays. Quitte à se mettre à dos sa hiérarchie – qui souhaite étouffer l’affaire –, Jane veut des réponses, quel qu’en soit le prix… Or, son enquête dérange. Ses ennemis de l’ombre détiennent un secret si terrifiant qu’ils sont prêts à tout pour l’éliminer. Mais, bien que seule contre tous, la fugitive la plus recherchée des États-Unis possède pour atouts son intelligence et sa froide détermination. La vengeance est comme l’amour : elle ne connaît aucune limite…

 

Je l’ai lu, et voici ce que j’en ai pensé… 

Ayant tout particulièrement aimé Chasse à l’homme de Dean Koontz, j’étais vraiment emballée à l’idée de découvrir ce nouveau titre de l’auteur, dont j’attendais beaucoup. Même si j’ai passé un bon moment dans l’ensemble, je dois reconnaître que je n’ai pas été autant charmée par Dark Web.

Tout d’abord, je pense que cela provient d’un titre quelque peu trompeur, car on s’attend à parcourir le côté obscur d’Internet, et finalement, on n’aborde que très peu cela, et assez tardivement dans le roman. Le titre original de l’œuvre est d’ailleurs The Silent Corner, qui laisse présager quelque chose de tout autre. Je me demande donc les raisons de ce choix éditorial français.

Dès les premières pages, nous sommes happés par le récit. En effet, en l’espace de quelques chapitres, Dean Koontz parvient à planter le décor, les personnages, et captiver son lecteur. À partir de là, le suspense commence à prendre, et nous allons suivre Jane dans son enquête. Petit point négatif, de nombreuses questions restent sans réponse tout au long du roman, mais aussi une fois celui-ci refermé. Je reconnais que je préfère que l’auteur prenne des décisions tranchées, car le fait que l’on referme un ouvrage sur une fin ouverte me donne toujours l’impression qu’il n’assume pas totalement son œuvre. Ici, cela s’explique sans doute du fait qu’il s’agisse d’une série, mais j’aurais quand même préféré en savoir davantage.

Jane, personnage principal, est une femme forte et très courageuse. Malgré son très récent veuvage, elle ne se laisse pas abattre et décide de débusquer le vrai du faux quant à la mort de son mari. Dotée d’un réel instinct maternel, elle prendra soin de protéger son fils avant toute chose, puis se lancera dans son enquête, faisant preuve d’une détermination sans limite. De ce fait, elle ne manquera pas de susciter l’empathie du lecteur. De plus, il s’agit d’une femme particulièrement intelligente, et il est intéressant de voir sa finesse à l’œuvre.

Dark Web est donc un bon thriller, que j’aurais sans aucun doute encore plus apprécié si son titre n’avait pas été aussi trompeur. Par ailleurs, j’avais mis la barre très haute voyant qu’il s’agissait de Dean Koontz… peut-être un tout petit peu trop !

Pour marque-pages : Permaliens.

6 Commentaires

  1. Dean Koontz étant un auteur que j’apprécie tout particulièrement, j’ai envie de le lire malgré les reproches que tu lui fais.

  2. J’ai lu « ne crains rien » de cet auteur. J’ai bien aimé même si ça n’a pas été un coup de coeur…
    En ce qui concerne les romans qui se déroule dans le monde informatique autant ça peut me plaire autant je peux ne pas aimer…
    Par contre avec ton avis je pense que je vais passer mon tour pour ce roman…

  3. Je l’ai vu passer dans les sorties mais j’ai senti que ce n’était pas pour moi ahah

  4. J’ai un roman de cet auteur depuis longtemps mais je ne l’ai pas encore lu.

  5. je ne connais pas du tout cet auteur. Je pense que ça pourrait mon plaire.

  6. Oh mince, il me tentait à cause du titre justement! Bon, si le Dark web n’est pas abordé, je ne sais pas si je le lirai…

Laisser un commentaire