Deep Winter, Samuel W. Gailey

   

 

 

 

Quatrième de couverture :

Danny ne sait pas quoi faire du cadavre qu’il vient de découvrir. Ce corps, c’est celui de Mindy, sa seule amie dans la petite ville de Wyalusing, Pennsylvanie. Depuis la tragédie qui l’a laissé orphelin et simple d’esprit, tous les habitants de Wyalusing le méprisent, le craignent et l’évitent. Aux yeux du pourri qui sert de shérif adjoint, Danny fait un coupable idéal. En quelques heures, l’équilibre précaire qui régnait à Wyalusing va chavirer.

 

Je l’ai lu, et voici ce que j’en ai pensé…

Lorsque j’ai repéré la sortie de ce livre en format poche, qui est lepremier ouvrage de Samuel W. Gailey, j’ai eu envie de le découvrir, car le thème promettait d’être intéressant, et je me demandais de quelle manière l’auteur allait le traiter. Et ce fut une franche réussite !

Deep Winter repose sur un certain manichéisme. D’un côté, il y a Danny, qui est d’une gentillesse sans limites et qui paraît convaincu que tous les hommes sont bons, et qui ne comprend pas pourquoi il pourrait en être autrement, alors que presque toute la ville semble mal à l’aise à son contact du fait de sa différence. Par ailleurs, il y a Sokowski, le shérif adjoint, une ordure de la pire espèce doublée d’un alcoolique notoire. Ainsi, autant le lecteur va s’attacher à Danny, cet homme simple d’esprit, faisant parfois penser à un enfant dans un corps d’adulte, qui a dû malgré tout se débrouiller par lui-même durant quasiment toute sa vie, autant il va éprouver une parfaite aversion pour Sokowski, qui par un concours de circonstances voit la possibilité de faire passer Danny pour coupable du meurtre qu’il a commis.

La construction du roman est également très addictive : dès les premières pages, nous assistons à la découverte macabre du corps de Mindy avec Danny pleurant à ses côtés, ce dernier la considérant comme son unique amie. Puis nous remontons le temps, pour savoir comment Mindy est morte, et nous apprenons le projet machiavélique que Sokowski a échafaudé, avec la complicité forcée de Carl. Et nous n’aurons dès lors de cesse d’espérer que la vérité éclatera, le tout dans une ambiance qui glacera le lecteur d’effroi, car le danger semble être à chaque coin de rue puisqu’un individu instable rôde et que celui-ci est prêt à tuer tous ceux qui se dresseront sur son passage.

Les chapitres se concentrent chacun sur un personnage, et même si la focalisation reste externe, nous pouvons suivre l’avancée des événements selon plusieurs points de vue. Cela participe également à l’intérêt du livre, car nous avons envie de pouvoir parler aux protagonistes, de leur dire qu’ils se fourvoient, ou encore que le vrai meurtrier est sous leur nez. C’est donc un ouvrage au rythme très soutenu et à l’écriture très addictive, sans temps mort et j’ai tout simplement adoré ce roman, ainsi que Danny, pour qui j’ai eu beaucoup d’empathie et que j’ai plus d’une fois souhaité encourager.

Pour marque-pages : Permaliens.

6 Commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout celui ci mais je pense que ça pourrait me plaire !

  2. Salut,
    j’espère que tu vas bien ! 🙂
    je ne connaissais pas du tout cet auteur ni ce livre et franchement ça me donne très envie de le découvrir ! Si j’en ai l’occasion je pense le lire ! Merci pour la découverte en tout cas

    Pour Le kidnapping c’est intéressant de découvrir l’envers du décor.. le point de vue de la police n’est pas du tout évoqué mais c’est surtout celui des kidnappeurs et ça change je trouve !!
    J’espère qu’il te plaira si tu le lis

  3. Avec plaisir pour la découverte 🙂
    J’espère qu’il te plaira si tu as l’occasion de le lire 🙂

  4. J’ai adoré ce livre !! 🙂

Laisser un commentaire