La Liste de Schindler, Steven Spielberg

   

 

Synopsis :

Évocation des années de guerre d’Oskar Schindler, fils d’industriel d’origine autrichienne rentré à Cracovie en 1939 avec les troupes allemandes. Il va, tout au long de la guerre, protéger des juifs en les faisant travailler dans sa fabrique et en 1944 sauver huit cents hommes et trois cents femmes du camp d’extermination de Auschwitz-Birkenau.

 

Je l’ai vu, et voici ce que j’en ai pensé…

Il y a longtemps qu’avec mon conjoint nous voulions visionner ce film qui fait partie des classiques. C’est maintenant chose faire (merci Netflix), et je trouve que c’est un film nécessaire pour le devoir de mémoire.

Dès les premières images, la mise en scène de Steven Spielberg nous montre que nous sommes loin d’être devant un film comme les autres. En effet, La Liste de Schindler s’ouvre sur une famille juive autour d’une table, puis il n’y a plus que les bougies, l’image devient en noir et blanc, et les bougies s’éteignent, métaphore des millions de juifs qui ont été exterminés durant la Seconde Guerre mondiale. Puis nous allons faire la connaissance d’Oskar Schindler, un industriel qui, sous prétexte de créer une usine de fabrique de l’émail, va recruter des Juifs, leur permettant d’échapper à la déportation. Un lien va se tisser entre Schindler et ses ouvriers, et le but n’est plus le maximum de profits ni même la rentabilité, mais bien de sauver ces individus du camp de concentration d’Auschwitz. Un personnage va contrebalancer ce héros : Amon Goeth, un SS supervisant la construction d’un camp, véritable monstre incarnant la doctrine nazie, tuant ces gens en y prenant une forme de plaisir. Il m’a plus d’une fois fait l’effet d’un fou.

Avec La Liste de Schindler, nous ne tombons pas dans l’horreur insoutenable. Bien sûr, de par le thème abordé, on se doute que c’est un film qui va être dur, c’est indéniable. Néanmoins, tout en nous montrant l’horreur et la folie qui régnaient alors, l’antisémitisme abject véhiculé par les nazis, et la Shoah qui a exterminé des familles entières, on reste dans une certaine forme de pudeur. En effet, le sort réservé aux Juifs dans les fours crématoires est suggéré, mais pas visible : on les voit se diriger dans un bâtiment, on voit la fumée qui en ressort, on sait pertinemment ce qui s’est passé, mais ce n’est pas montré à l’écran. De même, des individus se font abattre de sang-froid, mais c’est pour les besoins scénaristiques, et l’on ne tombe pas dans une surenchère de violence.

Par ailleurs, j’ai trouvé le choix du noir et blanc très pertinent ici – moi qui suis habituellement peu réceptive aux films qui ne sont pas en couleurs –, marqués de quelques notes de rouge, par le biais du manteau d’une petite fille que l’on croisera alors qu’elle se cachait… puis que l’on retrouvera plus tard.

J’ai découvert que le plus jeune survivant de cette liste, Leon Leyson, a publié un ouvrage pour raconter son expérience sous le titre L’Enfant de Schindler. Nul doute que je lirai !

Pour marque-pages : Permaliens.

10 Commentaires

  1. C’est en effet un très beau film que j’ai vu il y a très longtemps ! Je me souviens que tout le monde pleurait quand les lumières se sont rallumées au cinéma… Je ne savais pas qu’il y avait un livre sur cette même histoire ! Il y a aussi deux romans sortis très récemment que je te recommande : L’ordre du jour (juste avant la guerre) et La disparition de Josef Mengele (juste après). Si ça t’intéresse, j’en ai fait des billets sur mon blog et ils sont tous les deux vraiment intéressants !

  2. Je ne l’ai jamais vu, c’est fou ! Il faut vraiment que je rattrape cet oubli, depuis le temps que j’en entends parler !

  3. C’est une période de l’Histoire sur laquelle je lis le plus et le roman (et cette adaptation) me tente vraiment.

  4. Ça fait très longtemps que je voudrais voir ce film, il faudrait que je le regarde surtout s’il est sur Netflix!

  5. Un très grand film et un très bon livre 🙂

Laisser un commentaire