The Mist, Christian Torpe

 

 

 

 

Synopsis :

Adaptation du roman homonyme de Stephen King, dans lequel un groupe de personnes est bloqué dans un supermarché à cause d’une brume surnaturelle dans laquelle se cachent des monstres.

 

Je l’ai vue, et voici ce que j’en ai pensé…

Je n’ai pas encore lu la nouvelle Brume de Stephen King, mais j’avais eu l’occasion de découvrir son adaptation de Frank Darabont (2007), et quand j’ai appris que cette série était sur Netflix, j’ai tout de suite été curieuse de la regarder.

Elle commence sur les chapeaux de roues, prenant pour base la nouvelle de Stephen King pour s’en inspirer librement (selon mon conjoint qui, lui, a lu Brume). Dès le premier épisode, les choses s’enchaînent rapidement, offrant un rythme soutenu à l’intrigue qui capte immédiatement l’attention du téléspectateur. Dans une ville où certains ont des secrets, un passé troublant, et dans laquelle une jeune fille vient d’être victime d’un viol, un gigantesque brouillard s’abat subitement, créant tout d’abord l’étonnement, puis la panique. Tous vont essayer de trouver un endroit où se réfugier, car ils ne tardent pas à s’apercevoir que s’ils respirent cette brume, ils meurent.

Nous découvrons toute une galerie de personnages qu’il me serait impossible d’énumérer ici. Je n’évoquerai donc que ceux qui m’ont le plus marqués : Alex, la fille d’Ève et de Kévin, qui se retrouve au supermarché avec sa mère, mais aussi avec Jay, l’individu qui a abusé d’elle selon le témoignage d’Adrian, son meilleur ami. Ledit Adrian est au commissariat avec Kévin lors du début des évènements, et ensemble, ils vont tenter de rejoindre le supermarché ; ils vont vivre cette aventure avec deux prisonniers, Bryan et Mia. Il y a également Nathalie Raven, une femme quelque peu étrange et mystique, qui perd son mari dans la brume et va se réfugier dans une église, où ses croyances en Mère Nature s’opposent à celles du père Romanov. Des groupes se forment donc, pour ensuite mieux se défaire, car comme le dit Hobbes, « l’homme est un loup pour l’homme », et le fait de se retrouver coincés, en proie à ce phénomène inexplicable, avec les stocks de nourriture qui diminuent à vue d’œil, montrera les côtés les plus sombres de l’être humain…

Même si un ou deux épisodes sont peut-être un peu plus lents, il y a un réel rythme dans cette série, beaucoup d’idées, et une ambiance oppressante, tant du fait de cette brume qui recouvre la ville que de la psychologie des personnages. Certains mettent particulièrement mal à l’aise — je pense par exemple à Nathalie Raven — et d’autres se transforment peu à peu en véritables monstres. Est-ce une forme de folie qui s’étend, ou leur nature profonde qui se révèle ? Quant au jeu des acteurs, il ne peut qu’être salué.

J’ai donc adoré cette série, mais il y a un gros bémol… La fin laisse beaucoup de questions en suspens, dont nous ne connaîtrons jamais les réponses, puisque la saison 2 a été annulée. Quel dommage !

Pour marque-pages : Permaliens.

10 Commentaires

  1. J’ai envie de la regarder mais de savoir qu’il n’y aura pas la suite, ça me refroidit beaucoup…

  2. brrr ca doit être flippant quand même et puis c’est dommage que ca s’arrête sans qu’on ai toute les réponses

  3. Ahhh je trouvais que ton article était prometteur et je me disais que je me laisserais bien tenter, mais pas de saison 2… peut-être qu’il faudrait mieux que je lise le livre 🙂

  4. Je n’irai pas voir cette série simplement parce qu’elle est courte xD
    Par contre, je serais bien tenté de lire la nouvelle mais j’ignore si elle se trouve dans un recueil ou si elle a eu droit à un roman en entier.
    D’ailleurs, si tu pouvais m’éclaircir à ce sujet, cela m’aiderait beaucoup 😀

  5. J’hésitais à la regarder, mais les questions sans réponses ont tendance à m’agacer. Je vais donc passer mon tour !

Laisser un commentaire