Les Chiens de Détroit, Jérôme Loubry

 

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

Novembre 1998. Le corps du petit Peter est découvert dans un buisson de Palmer Park. Il a été enlevé, étranglé puis déposé là par un homme dont la taille, d’après les rares indices récoltés, dépasse de loin celle du commun des mortels. L’enquête est confiée à l’inspecteur Stan Mitchell, alias « le Molosse », un flic violent banni de Washington et exilé à Détroit, cette cité géante autrefois gloire de l’industrie automobile devenue capitale du crime et qui, chaque jour, sombre un peu plus dans la décrépitude.
Bientôt, les enlèvements se multiplient et la presse commence à parler du « Géant de brume », croquemitaine terrifiant dévoreur d’enfants décrit par un témoin anonyme. Et tandis que la police patine, que Détroit se vide de ses habitants, Mitchell s’enfonce toujours un peu plus dans l’alcool et la solitude… L’affaire lui est retirée puis, avec le temps, à l’image des maisons de Détroit, abandonnée et oubliée.
Quinze ans plus tard, les disparitions recommencent. Mitchell qui a réussi à arrêter la spirale de sa déchéance est à nouveau sur le coup, épaulé par une jeune inspectrice récemment arrivée en ville, Sarah Berkhamp. Grâce à eux, le tueur, un géant placide nommé Simon Duggan, est enfin arrêté. Deux enfants n’ont toujours pas été retrouvés et sont peut-être encore en vie. Mais Duggan refuse de coopérer. Il ne veut parler qu’à Sarah. Pour sauver les enfants, la jeune femme va devoir écouter les fantômes du passé…

 

Je l’ai lu et voici ce que j’en ai pensé…

Suite à sa lecture des Chiens de Détroit, Cathy m’avait donné furieusement envie de le découvrir. Et quand l’opportunité s’est présentée, je n’ai pas hésité, et j’ai bien fait !

Jérôme Loubry nous plonge dans une atmosphère pesante, celle de Détroit, une ville désertée par la population, où la paupérisation fait rage. Dès les premières pages, nous assistons à l’arrestation de Simon Duggan, en mars 2013, recherché depuis quinze ans pour des disparitions d’enfants. Des corps ont été découverts, mais pas tous. Il y a donc espoir d’en retrouver certains vivants. C’est sur cette enquête qu’ont été dépêchés Stan et Sarah, deux flics brisés par la vie. Puis, grâce à un saut dans le temps, nous allons plonger en 1998 pour retourner sur les traces des premiers enlèvements, et sur cette légende du « Géant de brume » qui plane au-dessus de la ville telle une ombre menaçante.

Stan Mitchell et Sarah Berkhamp sont deux écorchés vifs. Stan est sur l’investigation depuis ses débuts, et il a été dépêché dessus peu après son divorce, lors duquel la garde de son fils ne lui a pas été accordée. Il a ainsi commencé à sombrer dans les abîmes, ce qui a été accentué par son incapacité à mettre la main sur ce tueur d’enfants, qui est relayée par la presse et les médias. Puis l’affaire s’est tassée, les morts ont cessé… pour reprendre en 2013. Sarah Berkhamp, une inspectrice qui souffre d’hallucinations auditives, est placée sur l’enquête. Outre une recherche de l’assassin, nous allons assister à une plonger dans les tréfonds de leur âme, mais aussi à une certaine amitié naissante. Cependant, le Géant de brume semble bien connaître Sarah… Aurait-elle un lien avec ces disparitions ?

Ce roman est un réel page-turner, car l’on souhaite savoir le mot de la fin. Les allers-retours temporels nous permettent de mieux appréhender les différents protagonistes, mais également de nous immerger dans l’enquête et de les accompagner dans leurs investigations. Jérôme Loubry prend le lecteur par la main et l’emmène dans les bas-fonds de la société américaine. Nous sommes captivés par ce qui est relaté, d’autant plus que l’auteur nous réserve un retournement de situation totalement inattendu à la fin de son ouvrage, qui m’a scotchée.

J’ai donc adoré ce thriller, que je recommande au plus grand nombre, aussi bien pour l’ambiance que pour les protagonistes, qui servent une enquête réellement originale.

Pour marque-pages : Permaliens.

14 Commentaires

  1. Je suis tellement contente qu’il t’ait plu !

  2. ha waou, tu passes par différents style de lecture je vois. Un bon thriller du coup qui va peut être atterrir dans ma wish list tient tu m’as donné envie

  3. Ce livre me tente beaucoup 🙂

  4. Très intéressant ! Je ne connaissais pas !

  5. Ca a l’air très sympa! Je ne connaissais pas du tout!

  6. Cela fait plusieurs semaines qu’il est dans ma wish-list. Sachant que le thriller est un genre que je viens tout juste de découvrir et dont je raffole désormais, j’espère que je vais très vite croiser son chemin.

Laisser un commentaire